paroisse de Sainte Catherine Martyr

Elle est née après le déménagement de la population à son emplacement actuel en 1435, a été érigée par une bulle d'Alexandre VI et a été fondée comme abbaye des Fernandez de Cordoue en 1497. La construction primitive, affectée par le tremblement de terre de 1761 et réformée par la suite, a finalement été remplacée par le temple actuel érigé en 1784. C'est un temple à la façade sobre, l'intérieur est divisé en trois nefs séparées par des piliers octogonaux en briques supportant des arcs en plein cintre et avec une voûte à nervures comme seul revêtement utilisé, à l'exception de la coupole du presbytère. Le retable principal, d'une grande simplicité et de style néoclassique, a été achevé en 1790, étant lié à l'art d'Alonso Gómez de Sandoval de Cordoue. Il est composé de trois rues, dont la centrale abrite les sculptures du saint patron du temple et de Saint Pierre. Des deux côtés, à la tête des nefs latérales, se trouvent les chapelles de l'Inmaculada et de la Ntra. Sra. de los Dolores ; tandis que les chapelles du Sagrario et de Jesús Nazareno forment la ligne du transept. Elle possède un important patrimoine sculptural, il convient de mentionner les images du Cristo Moreno du milieu du XVIe siècle, de la Virgen del Rosario du cercle de Pablo de Rojas, du Cristo Yacente et de San Bartolomé, toutes deux attribuées à l'atelier d'Alonso de Mena, ainsi qu'une précieuse image de San José de la fin du XVIIIe siècle. Elle conserve également d'importantes pièces d'argenterie comme l'ostensoir, une œuvre de style rococo de Madrid donnée par l'abbé à la fin du XVIIIe siècle.

Ver Detalles

Localización
GPS: |


Elle est née après le déménagement de la population à son emplacement actuel en 1435, a été érigée par une bulle d’Alexandre VI et a été fondée comme abbaye des Fernandez de Cordoue en 1497. La construction primitive, affectée par le tremblement de terre de 1761 et réformée par la suite, a finalement été remplacée par le temple actuel érigé en 1784.

C’est un temple à la façade sobre, l’intérieur est divisé en trois nefs séparées par des piliers octogonaux en briques supportant des arcs en plein cintre et avec une voûte à nervures comme seul revêtement utilisé, à l’exception de la coupole du presbytère.

Le retable principal, d’une grande simplicité et de style néoclassique, a été achevé en 1790, étant lié à l’art d’Alonso Gómez de Sandoval de Cordoue. Il est composé de trois rues, dont la centrale abrite les sculptures du saint patron du temple et de Saint Pierre. Des deux côtés, à la tête des nefs latérales, se trouvent les chapelles de l’Inmaculada et de la Ntra. Sra. de los Dolores ; tandis que les chapelles du Sagrario et de Jesús Nazareno forment la ligne du transept.

Elle possède un important patrimoine sculptural, il convient de mentionner les images du Cristo Moreno du milieu du XVIe siècle, de la Virgen del Rosario du cercle de Pablo de Rojas, du Cristo Yacente et de San Bartolomé, toutes deux attribuées à l’atelier d’Alonso de Mena, ainsi qu’une précieuse image de San José de la fin du XVIIIe siècle.

Elle conserve également d’importantes pièces d’argenterie comme l’ostensoir, une œuvre de style rococo de Madrid donnée par l’abbé à la fin du XVIIIe siècle.

Download PDF
Address:

Download PDF